Jan en Eelkjen Bruinsma

Vredenoord

Salut, nous c’est Jan et Eelkjen Bruinsma. Avec nos enfants et une petite équipe, nous cultivons des choux de Bruxelles dans le nord des Pays-Bas pour Nature & More.

Notre exploitation de 50 hectares longe le littoral de la région de la mer des Wadden, qui a récemment reçu le prix prestigieux de « plus belle réserve naturelle des Pays-Bas ». Cette région est non seulement d’une beauté exceptionnelle mais est également très préservée, le trafic y est faible et une brise marine agréable souffle constamment sur les champs. Bien qu’il y pleuve un peu plus que la moyenne, grâce au vent et au sol excellent, nous pouvons cultiver des légumes bios de première qualité.

Nous travaillons en bio depuis 1999 et bien que cela commence à faire longtemps, nous apprenons tous les jours. Pour nous, comme pour les autres agriculteurs bios, tout revient à avoir un sol sain et plein de vie. Plus grande est la variété d’organismes dans le sol, mieux c’est. C’est pourquoi nous travaillons avec un système de rotation de cultures 1 – 9. Cela signifie qu’en plus des choux de Bruxelles, nous cultivons aussi des pommes de terre, des brocolis, des carottes, des oignons rouges, des haricots, des échalotes, du céleri et un mélange trèfle-graminées. Ce mélange permet non seulement au sol de se reposer mais participe également à la fabrication du humus et à la fixation de l’azote dans le sol, tout cela stimule la vie sous terre.

Entretien avec Eelkjen et Jan

Que pouvez-vous nous dire sur l’histoire de l’exploitation ?
Eelkjen : Cette exploitation a été créée en 1870. A cette période, toutes les exploitations étaient mixtes, c’est-à-dire alliant agriculture arable et élevage. Ainsi, il y avait un bon équilibre naturel dans les champs, et c’est exactement ce que nous essayons de faire ici près de 150 ans plus tard ! Le grand-père de Jan a débuté ici, Jan et son père sont tous deux nés et ont grandi sur cette ferme si particulière.

Pourquoi vous-êtes vous converti à l’agriculture bio ?
Jan : A la fin des années 90, j’ai étudié plusieurs options différentes et je suis vite parvenu à la conclusion que cette région était parfaite pour l’agriculture biologique. Bien sûr l’augmentation de la demande a joué un rôle dans ma décision mais je me sentais et me sens toujours responsable de mon sol. Je veux m’assurer que les générations futures pourront également cultiver ici.

Quelle est la plus grande différence entre le bio et le non bio ?
Jan : Pour être honnête, la transition ne fut pas si difficile. Ce qui a changé, c’est que nous avons dû faire bien plus de choses par nous-mêmes, nous avons vraiment dû commencer à gérer une entreprise, nous ne pouvions plus travailler en pilotage automatique. Bien que le travail fût plus dur, nous y prenions beaucoup plus de plaisir !

 

Vous êtes ici

Ce que je cultive?
Recettes avec cet ingrédient

Geolocation is 53.21731639999999, 5.484374099999968

La fleur du développement durable

Tabs

Où trouver?

Map

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.