Ronald Veens

Veens

Bonjour, je m’appelle Ronald Veens et je produis des myrtilles biologiques à Helenaveen, entre Eindhoven et Venlo. Mon entreprise, « Veens Blauwe Bessen », est implantée dans le parc national « De Grote Peel ».C’est d’ailleurs là que j’habite, avec ma femme et mes fils : Yurge et Cas.Je vous remercie d'acheter mes fruits !

Mes plantations biologiques de myrtilles sont installées dans une réserve naturelle protégée.« De Peel » est une ancienne tourbière, autrefois très exploitée pour sa tourbe.Mes terres se composent de dix hectares de nature, comprenant des bois et des marais. Quand je les traverse à pied, le matin et l'après-midi, j’aperçois souvent des chevreuils au bord de l'eau. On y trouve également bon nombre d’oiseaux et de petits mammifères. En collaboration avec divers organismes de protection de l’environnement, je protège ces sites naturels préservés et je les développe.Ils sont bénéfiques à mes plantations de myrtilles : grâce à la grande biodiversité de ce site naturel, je contrôle mieux toutes sortes de maladies ou parasites.

* Cette entreprise est une zone sans-OGM! *

J’ai commencé à produire des myrtilles vers la fin de l’année 1994 à Helenaveen. La Myrtille, considéré comme très sain, est un cousin éloigné de la myrtille. En 1997, j'ai acheté un grand terrain supplémentaire, que j’ai aménagé en 1999 pour la culture biologique. Le sol de ce terrain convient parfaitement à la culture des myrtilles. Je peux ainsi cultiver en respectant l’environnement et mes myrtilles sont d’une qualité excellente et toujours constante. Une bonne culture sur un bon terrain, tout est là.Ce que j’aime le plus dans l'agriculture biologique, c’est l’harmonie avec la nature. C’est un véritable défi d’apprivoiser l’écosystème et de le façonner de manière à pouvoir récolter chaque année des bleuets de bonne qualité

 

Interview de Ronald Veens

Nature & More : Pourquoi vous êtes-vous lancé dans la culture biologique ?
Ronald :« J'ai d’abord suivi une formation dans une école d’horticulture et ensuite poursuivi mes études pendant deux ans en Écosse.J'ai découvert là-bas une approche très différente de l'horticulture, moins industrielle, plus axée sur le contact avec le consommateur.Vous pouvez d’ailleurs partout y voir des pancartes indiquant : « Cueillez vos fruits » le long des vergers.Aux Pays-Bas, j'ai postulé à une entreprise produisant de la laine minérale pour la culture en serres, mais l'atmosphère m’y a immédiatement déplu.J’aurais pu avoir le poste, mais je l’ai refusé car il ne me convenait absolument pas.Quand j'ai découvert en 1994 qu’une entreprise de culture biologique de myrtille était à vendre à Helenaveen, j’ai saisi l’opportunité. »

Nature & More : Vous avez également installé une petite plantation classique de myrtilles chez vous, pourquoi ? 
Ronald : « Le premier terrain que j'ai acheté s'est avéré souffrir gravement du liseron des haies. C'est une plante parasite qui s’enroule sur les plantes à baies et les tire vers le bas.Les racines sont épaisses et se développent en profondeur dans le sol ; si vous les coupez, une nouvelle pousse se développe à partir de la racine.Je n'arrive pas à les éradiquer sans traitement chimique.Cependant, je m’efforce depuis plusieursannées de les arracher, autant que possible.Je recommence chaque semaine. On peut maintenant dire que leur nombre diminue ! J'espère donc que ce terrain en sera bientôt entièrement débarrassé et que je serai en mesure de passer à la culture biologique ! »

Vous êtes ici

Ce que je cultive?

Geolocation is 51.374673661, 5.8910751342799585

La fleur du développement durable

Tabs

Où trouver?

Map

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.