Hate Waste Love Food - A bas le gaspillage, Vive la nourriture

Environ un tiers de la nourriture, au niveau mondial, est gaspillée. Tout le monde aimerait moins de gaspillage, mais ce n’est pas si simple. Aux Pays-Bas, le gouvernement a échoué à atteindre ses objectifs sur la réduction du gaspillage. Pour toute la nourriture gâchée, environ un tiers est jeté par les consommateurs, le restant est perdu à la ferme, dans les magasins ou entre les deux. Nature & More prend ses responsabilités et fait un effort pour trouver des solutions contre le gaspillage alimentaire. Pour cette raison, nous travaillons avec toutes sortes d’associations et d’entreprises sociales formidables.

Le problème du gaspillage alimentaire
D’après la FAO (l’organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies), 1/3 de toute la nourriture produite mondialement est gâchée. Les consommateurs européens se débarrassent d’environ 100 kg de nourriture chaque année. Environ 180 kg sont perdus avant cela, quelque part dans la chaîne de production et d’approvisionnement, entre l’agriculteur et le supermarché. Dans les pays en développement, les consommateurs gaspillent bien moins, mais il y a plus de perte lors du stockage et de la distribution. Avec toute la nourriture gaspillée, on pourrait théoriquement nourrir toutes les personnes souffrant de la faim dans le monde. En plus du gaspillage alimentaire, il y a une perte associée de carburants fossiles et de ressources naturelles gaspillés. Les Etats-Unis souhaitent réduire le gaspillage alimentaire de 50 % d’ici 2030. Ce but se rattache aux Objectifs du Développement Durable 2 (la disparition de la famine) et 12 (une production et une consommation responsable).

Pourquoi Eosta a aussi du « gaspillage »
Parfois, Eosta doit également jeter des fruits et légumes. La raison principale réside dans toutes les différentes exigences que les produits doivent satisfaire. Les normes européennes en font partie. Il est dit, par exemple, que les concombres de classe 1 ne peuvent pas être courbés : selon les règles de l’UE, la courbure maximum autorisée est de 1 cm pour 10 cm de fruit. L’entreprise sociale Kromkommer, un de nos partenaires, s’engage à prévenir le gaspillage des fruits et légumes tordus.
 

De hautes exigences
Aux Pays-Bas, l’agence de contrôle qualité KCB (et les organisations similaires des autre pays de l’UE) contrôle la conformité des fruits et légumes avec les réglementations européennes. Lorsque, par exemple, 2% d’un chargement de pommes a la peau abimée, le chargement est refusé. Dans ce cas, les pommes doivent être triées et reconditionnées, avant que l’ensemble du chargement puisse être soumis à approbation. Dans un cartons de citrons, seulement 3 peuvent être abimés. Par ailleurs, les supermarchés ont souvent des exigences supplémentaires.


Des pommes à la peau abîmée, écartées du tri – bien que toujours belles

 

Des produits vivants
Les fruits et légumes sont des produits vivants qui murissent, respirent et  se décomposent. Si quelque chose arrive pendant le transport, le produit peut arriver trop mûr ou d’autres problèmes peuvent survenir. Parfois, les clients renvoient un produit, le transport de retour réduit souvent la qualité. Parallèlement, il peut y avoir des problèmes lors du transport outre-mer. Les fruits durs et les agrumes biologiques ne reçoivent pas d’enrobage chimique, ils sont donc plus exposés. Enfin, il arrive qu’un produit ne puisse être vendu à temps, simplement car l’offre est supérieure à la demande.

Que fait Eosta dans ces situations ?
Les produits qui, pour une raison, ne satisfont plus les exigences de nos clients, sont souvent vendus aux vendeurs sur les marchés. Certains produits de haute qualité sont vendus à des entreprises sociales comme « Kromkommer », à prix fortement réduit. Parallèlement, nous faisons souvent le choix de faire don de produits à des associations. Nous avons plusieurs projets coopératifs fantastiques dans la région, à qui nous donnons régulièrement des fruits et légumes. Les produits qui ne sont plus propres à la consommation vont dans une usine de biogaz via notre partenaire de conditionnement IQ Packing. Dans notre nouveau siège social, où nous serons installés à partir du 1er juillet 2018, les produits rejetés iront dans un pilon et seront utilisés pour la culture d’insectes.

En mai 2017, le programme TV néerlandais The Monitor filmait la façon dont Eosta gérait le gaspillage

Une recherche avec l’Institut Louis Bolk, l’Université Wageningen et Ekoplaza
Depuis 2017, Eosta participe au projet de recherche (néerlandais) « une chaîne efficiente – pour éviter le gaspillage alimentaire » de l’institut Louis Bolk et de l’université Wageningen. L’étude enquête sur les façons de réduire le gaspillage alimentaire dans la chaîne d’approvisionnement biologique et sur l’identification des goulets d’étranglement. Dans le sous-projet « une chaîne d’approvisionnement élastique », Eosta travaille en collaboration avec UDEA (Ekoplaza) pour voir s’il est possible de vendre des produits excédentaires à un prix réduit, réduisant ainsi le risque de gaspillage.

Vous êtes ici

Laissez-nous vous présenter quelques-uns de nos projets « Hate Waste Love Food » :

Fondation "Activiteiten Met Zuid"
Cette fondation de bienfaisance à Rotterdam agit auprès des personnes jeunes et âgées devenues socialement isolées, souvent à cause de la pauvreté. Une section de Stichting Activiteiten Met Zuid est le "Swingmarket", où les gens peuvent s’approvisionner gratuitement (après un entretien d’entrée), grâce à une carte spéciale. Il y a à présent trois magasins « swingmarkets » à Rotterdam. Dans ce reportage, vous pourrez lire comment Jakob Meinardi, le fondateur, gère son affaire. Sur la photo, vous pouvez voir Bert van Drongelen d’Eosta (à droite) avec Jakob Meinardi (à gauche).

L’expérimentation Bokashi
Eosta participe à un essai avec “Bij de Oorsprong” pour fabriquer du bokashi aves des fruits et légumes gâtés : le bokashi est un résidu biologique fermenté qui peut s’utiliser en jardinage comme engrais naturel et pour enrichir le sol. On peut le considérer comme une alternative au compost. La différence est que le processus de fermentation du bokashi est anaérobie, alors que le processus du compost est aérobie. Cela signifie également qu’il n’y a pas de carbone brûlé pour fabriquer du bokashi. La majorité du carbone et de l’azote originels reste dans le produit, alors que la concentration des autres minéraux est moindre. Le bokashi et le compost améliorent tous deux la vie du sol. La comparaison des effets positifs à long-terme du bokashi et du compost reste vague. D’autres recherches dans ce domaine sont nécessaires.

Kromkommer 
Nous avons une belle collaboration avec l’entreprise sociale Kromkommer, qui paye un prix juste pour des produits qui ne sont pas (ou plus) très beaux mais toujours savoureux et sains. Elle utilise ces ingrédients biologiques pour fabriquer d’excellents produits comme de délicieuses soupes.

Ugly Food Rescuers Club
L’ Ugly Food Rescuers Club (= club des sauveurs des aliments laids) d’Arabella et Diana a souvent cuisiné de délicieux repas avec nos fruits et légumes “gaspillés”, en étroite collaboration avec Blue City Rotterdam.

Hotspot Hutspot 
Hotspot Hutspot est un restaurant des alentours de Rotterdam où des adolescents issus de groupes fragiles se rassemblent pour préparer de bons repas sains. Sous la supervision d’un professionnel, ils cuisinent un menu à trois plats bon marché et sain, servis aux clients du restaurant.

By the Ocean We Unite
Cette fantastique organisation lutte contre la pollution plastique dans nos océans. Leur mission nous tient à cœur, Eosta se battant pour réduire l’usage du plastique avec les tatouages laser du marquage naturel. Par conséquent, nous apportons un soutien occasionnel aux missions nautiques de By the Ocean We Unite avec des fruits et légumes frais biologiques.

Care For Family Foundation
Pensez global, agissez local ! Cette organisation de Waddinxveen, où se situe notre siège social, prend soin de 270 familles défavorisées des alentours qui reçoivent un colis alimentaire chaque semaine au centre de distribution. En savoir plus ici.

Fondation "Isaak En De Schittering"
Cette fondation de Rotterdam a trois centres de distribution alimentaire où des citoyens défavorisés peuvent obtenir quotidiennement du pain, des produits d’épicerie et des fruits et légumes frais gratuitement. Cette organisation participe ainsi à la réduction du gaspillage alimentaire et aide également des personnes avec des problèmes financiers à manger sainement. Plus d’info disponible ici (en néerlandais).

Evènements spéciaux
Nous fournissons aussi occasionnellement des fruits et légumes pour des activités ou des évènements à des fins idéalistes, comme Le Jour de la Soupe Disco annuel à Rotterdam, organisé par Slow Food Youth Network 010, Zero Food Waste, Broodnodig et Zorgvrijstaat. 

La fleur du développement durable

La fleur du développement durable, c'est notre coeur de métier. Chaque producteur Nature & More a sa fleur de durabilité personnelle. Elle donne la voie vers une économie plus verte et plus sociale. Plus d'infos ici.