Kwadwo Inkoom

M.G. Farms ltd

Salut, je m’appelle Kwado Inkoom et je suis le créateur de M.G. Farms Ltd au Ghana. Merci pour l’achat de nos savoureuses papayes bios.

Nous avons démarré notre entreprise en 1998. A l’époque, nous cultivions des choux et les vendions sur le marché. Les prix du chou étant trop bas, cela ne couvrait pas nos coûts. C’est pourquoi nous avons commencé à cultiver des papayes Solo en 1999 sur un hectare dans la région centrale du Ghana. Rapidement, M.G. Farms a pu lancer ses propres exportations. Cependant, le climat de la région centre n’était pas idéal pour la culture des papayes, nous avons donc décidé de déménager dans l’est du Ghana. Ce fut une très bonne décision: les températures et la pluviométrie y sont plus favorables à la production de papayes. Aujourd’hui, M.G. Farms possède 50 hectares de terrains pour les papayes. En 2015, nous avons mis 14 hectares en agriculture biologique suite au constat que l’agriculture conventionnelle est dommageable pour l’habitat, le sol et les animaux du fait de l’usage d’engrais et d’herbicides. Nous nous sommes plusieurs fois demandés ce que nous pouvions y faire, puis nous avons décidé de commencer la culture de papayes bios. A présent, nous sommes impatients de faire notre première récolte de papayes bios en septembre 2016.

 

Quels produits cultivez-vous et qu’ont-ils de spécial ?
Nous cultivons principalement des papayes Solo et aussi du manioc, du maïs et des bananes plantains pour le marché local. Une bonne papaye possède beaucoup de minéraux, c’est très sain pour votre peau et votre corps. C’est très bon pour votre estomac et ça améliore la digestion. En cas de problèmes d’estomac ou de digestion, nous recommandons de manger les graines de papaye. Si vous n’aimez pas les manger, faites un smoothie de papaye en mixant aussi les graines. Nous le pratiquons beaucoup car ces graines tuent 5 différents types de vers.

Qu’est-ce qui est important pour la culture de papaye Solo ?
Pour obtenir une papaye Solo saine et savoureuse, le fruit doit puiser toute sa nourriture du sol. Il est donc essentiel d’avoir un bon sol, qui n’est pas empoisonné par les engrais ni lessivé par les pluies. Cependant le plus important, c’est le contrôle des mauvaises herbes. Ce fut l’un des plus grands obstacles à surmonter lors de notre conversion du conventionnel vers le bio. Pour s’occuper des mauvaises herbes, nous avons besoin de 75% de main d’œuvre en plus que pour la culture conventionnelle de papayes. Bien entendu, nous faisons de nombreuses études et recherches pour améliorer cela.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?
Actuellement, toute l’eau dont nous avons besoin pour les plantes vient de la pluie. Mais nous construisons en ce moment un barrage afin de mettre en place une irrigation et d’être moins dépendant des précipitations. L’irrigation nous aidera à cultiver un couvert végétal qui préviendra la pousse des mauvaises herbes. Ainsi, les 75% de main d’œuvre supplémentaire nécessaires pour gérer les mauvaises herbes pourront être utilisés pour dégager de nouveaux revenus, en cultivant et vendant ce couvert végétal.

Commentaires récents

  • il y a 1 année 8 mois

    l'arrivage d'une caissette du 14 décembre 2017 pour Noël, via Bordeaux (Pronadis) n'était pas du tout bon : papayes non mûres et amères + pourissement de la peau à l'extérieur...
    je suis très déçue et je n'en recommanderai pas pour ça et pour le prix élevé;
    C.B.

Vous êtes ici

Ce que je cultive?

Geolocation is 7.946527, -1.0231939999999895

La fleur du développement durable

Tabs

Où trouver?

Map

Commentaires

Pays: 
france

l'arrivage d'une caissette du 14 décembre 2017 pour Noël, via Bordeaux (Pronadis) n'était pas du tout bon : papayes non mûres et amères + pourissement de la peau à l'extérieur...
je suis très déçue et je n'en recommanderai pas pour ça et pour le prix élevé;
C.B.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.