En quoi le biologique est-il bénéfique à la biodiversité ?

La biodiversité est, pour faire court, l’abondance et la variété d’animaux et de plantes. Les Pays-Bas, par exemple, ne comptent plus que 15 % de leur biodiversité d’antan. L’indice planète vivante, une mesure de la vitalité de la biodiversité mondiale, a diminué de 30 % depuis 1970. La FAO considère la perte de biodiversité comme l’une des menaces les plus importantes de notre époque pour l’humanité, car elle est le signe de l’effondrement des écosystèmes. La liste rouge de l’UICN se développe tandis que la variété des cultures alimentaires diminue. Il en résulte moins de résistance et un risque accru de crise alimentaire. La science a établi que l’agriculture biologique a un effet positif constant sur la biodiversité.

Le biologique fournit...

Plus de vie dans le sol

Les sols biologiques contiennent plus de micro-organismes et de vers de terre. Ils sont très importants pour la fertilité et la structure du sol.

Plus de fleurs et de plantes

Dans les exploitations biologiques, vous trouverez plus de plantes sauvages et d’espèces végétales.

Une faune plus importante

Dans les exploitations biologiques, il y a plus de scarabées, d’abeilles, d’araignées, de papillons et d’oiseaux.

Plus d’espèces cultivées

L’agrobiodiversité est plus importante dans les exploitations biologiques du fait de la rotation des cultures, de la culture associée et de la culture mixte.

Plus de variations du paysage

Les exploitations biologiques savent bien mieux montrer les caractéristiques saisonnières, historiques et spécifiques d’une région. Le nombre de biotopes est supérieur dans les exploitations biologiques.

Dans les exploitations biologiques, il y a plus de scarabées, d’abeilles, d’araignées, de papillons et d’oiseaux.

Observations scientifiques

Vie du sol

Les micro-organismes et les vers de terre jouent un rôle essentiel dans le maintien de la fertilité du sol. Les sols biologiques en possèdent généralement plus, du fait de l’utilisation d’engrais naturels à base de matières organiques, et de la rotation des cultures. Les micro-organismes sont également plus variés et plus actifs dans les sols biologiques.

Source : Haveman & Stortelder, 2006

Insectes et autres invertébrés

Sur les exploitations biologiques, on trouve 1,6 fois plus de scarabées, 3 fois plus de papillons et 1 à 5 fois plus d’araignées que dans l’agriculture conventionnelle. Nombre d’entre eux sont des prédateurs naturels pour les insectes nuisibles tels que les poux. Ils contribuent également à la pollinisation et sont une source de nourriture importante pour les oiseaux. Les raisons à cela sont claires : pas de pesticides chimiques, davantage d’engrais biologiques, rotation des cultures, plus d’éléments paysagers prodiguant des habitats tels que des haies, plus de nature.

Source : Tack, 2006

Plantes

Dans l’agriculture biologique, on trouve 5 fois plus de plantes sauvages et 57 % d’espèces végétales en plus qu’en agriculture conventionnelle. Les plantes non agricoles sont une source de nourriture majeure pour les invertébrés et les oiseaux. Elles empêchent aussi les cultures alimentaires d’être mangées par les animaux.

Source : Tack, 2006 et Haveman & Stortelder, 2006

La rotation des cultures et l’utilisation de plantes ayant des propriétés fertilisantes, que l’on appelle engrais vert (les légumineuses telles que le trèfle par ex.) signifie qu’il y a aussi une diversité de cultures plus importante.

Oiseaux

Les oiseaux profitent grandement des pratiques de l’agriculture biologique. Ils sont plus nombreux et se reproduisent plus facilement. Les raisons : des zones de culture plus petites, plus d’éléments paysagers tels que des haies, plus de sources de nourriture du fait de ne pas utiliser de pesticides et d’herbicides, et une culture mixte. En bordures de champs, on observe 25 à 44 % plus d’oiseaux, et 100 % plus d’oiseaux nichant au sol. L’impact positif est supérieur à celui des terres en jachère !

Source : Haveman & Stortelder, 2006, Tack, 2006, Stolze e.a., 2000

Paysage

L’agriculture biologique bénéficie également à la qualité du paysage avec une plus grande diversité et davantage d’éléments paysagers semi-naturels tels que des haies et des mares. Les exploitations biologiques respectent davantage les relations temporelles et spatiales d’une région.

Source : Haveman & Stortelder, 2006 ; Hendriks e.a., 2000 ; Stobbelaar en Hendriks, 2001.

Pas de pesticides chimiques!

L’agrobiodiversité comme base de notre approvisionnement alimentaire

La base de notre approvisionnement alimentaire est très restreinte :

  • Il y a 265 000 espèces végétales sur terre, dont 7 000 sont des cultures vivrières. Seulement 80 cultures sont consommées en grandes quantités. Le blé, le riz, le sucre et le maïs constituent 63 % de la consommation de végétaux par personne.
  • Il existe 4 763 espèces de mammifères et 9 946 espèces d’oiseaux. Seuls 40 % d’entre eux sont élevés pour la consommation alimentaire. 14 espèces uniquement couvrent 90 % de la consommation de viande.

Le fait de dépendre de quelques espèces seulement peut facilement mener à des crises alimentaires lorsque de nouvelles invasions de ravageurs ou maladies se produisent. La diversité est donc requise à des fins de stabilité et de résistance.
Source : Tack, 2006

Il y a 265 000 espèces végétales sur terre, dont 7 000 sont des cultures vivrières

Vous êtes ici